Accéder au contenu principal

Petit homme

 Entre deux rangées à la pharmacie, je tombe sur cet homme vieillissant et sa femme, silencieuse, effacée. 

Je le dévisage assez longtemps pour éclairer ma mémoire et retrouver le souvenir attaché à ce malaise provoqué par sa personne. 

C'est donc lui, cet enseignant antipathique qui s'évertuait à faire éclater les rêves de ses élèves les plus vulnérables; du moins les miens. Lui,menteur,qui avait énoncé en pleine classe que je n'écrivais pas mes textes moi-même, insulte ultime pour la pré-adolescente que j'étais, pour qui rien n'existait hors des mots.

Petit homme, tu ne m'impressionnes plus. Te voilà recourbé sur tes douleurs de vieux monsieur, tu as perdu la grandeur de ta taille et le respect que j'ai dû t'allouer,jadis.


Je te vois trottiner vers la sortie, ta main solidement accrochée à tes achats, et je n'éprouve que le soulagement de voir nos chemins séparés.


Tu vois, les mots et les livres sont restés à mes côtés, intouchables amis. T'as perdu.


Commentaires

  1. Il a vraiment fait ça ? Un prof du primaire, ou du début du secondaire ? Pas impressionnant le type. C'est drôle, ça, la jalousie des profs.

    RépondreSupprimer
  2. Sixième année. Je lui avais écris, dans la vingtaine,pour lui faire part de ma réalité de l'époque. Il avait seulement trouvé à me dire que jamais il n'aurait été si impoli avec un enseignant que ce que j'avais été en lui écrivant ainsi. Aucune introspection.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poésie de samedi soir alcoolisé

Le chaos extérieur a des airs de déjà-vu Mon coeur n'a pas besoin de décret officiel pour se sentir confiné Mais; Il y a eu aujourd'hui assez d'énergie dans mes veines pour danser avec les enfants blonds Faire la vaiselle et laver les comptoirs (Mon mari aime ses comptoirs propres Plus qu'il aime la courbe de mes seins) J'ai augmenté les poids que j'ai soulevé  Pour fatiguer joyeusement mon corps Il y a eu Assez de patience pour affronter la foule Et les files interminables pour des chocolats chauds Et beaucoup trop de gens attendant  de rencontrer un populaire vieux barbu Des chanteurs entuqués clamant le début des festivités Alors qu'un peu partout, les partys tombent comme des mouches Il a fallu retourner à la maison Et un miracle est survenu Personne, cette fois N'a crissé ses bottes et ses mitaines au sol Il suffisait de presque rien Une petite pillule magique magique Pour voir le monde comme dans les vues Et deux petites verres encore Pour croire q

L'art de l'amitié

 J'ai toujours su ne pas être la plus douée pour les amitiés féminines. Quelque chose dans la façon de trouver le ton, d'être investie dans la juste mesure, me faisait toujours faux bond.  On ne sort pas si aisément le rat de bibliothèque de soi.  Les livres me sont des amitiés fidèles et totales. Les humains, je ne sais pas toujours comment les aborder. Oh,je sais sourire et être civilisée. Mais très rapidement,je me perds dans les méandres de mes angoisses, j'oublie de garder contact, trop occupée par mes propres dilemmes intérieurs.  Alors, c'était avec étonnement que je découvrais son univers tandis qu'on avait multiplié les sorties au café, il y a quoi, sept ans de cela? Elle était femme, mère, artiste. Elle était totale et entière. Grâce à elle, j'ai appris à être une meilleure personne, à écouter toutes ces parts de moi, dont je ne soupçonnais pas la présence.  J'ai pu vieillir mieux, sachant qu'elle cheminait jamais trop loin de moi.  Mais j'

Montréal, la belle

Avant huit heures, j’étais prête Je ne voulais pas arriver en retard Je préférais te voir, t’observer de loin Avant le rendez-vous Le train a sillonné la route dans le silence du printemps grisonnant De La Concorde,  les vers de terre se tortillaient sur l’asphalte Un tapis d’accueil pour banlieusards sous la pluie Dans le métro J’ai fait la file pour un billet Contente d’un peu retrouver ma terre d’accueil Et dans les wagons J’avalais la ville de mes yeux Charmée Des passagers greyés de leurs plus doux parfums Des cheveux fraichement sculptés Des sacs qui baluchonneront toute la journée Des denrés, des boîtes à lunchs Montréal, la belle Me pardonnes-tu d’avoir quitté Mon cœur t’est resté accroché Mais j’ai l’amour volage Lorsqu’il est question de survie Et que je ne peux pas me payer Chez toi plus qu’un un et demi...